Amistad Europea Universitaria

La expulsión de los Moriscos en El Quijote


Dedico este trabajo a quienes piensan, con ocasión de las navidades y del año nuevo, que no debemos repetir nuestros errores del pasado, sobre todo los que conculcan los derechos humanos fundamentales.

Imagen: ◊ Embarco de moriscos en el Grao de Valencia = Embarquement de morisques dans la Plage de Valence = Moriscos' embarkation in the Shore of Valencia ◊

Author: Pere Oromig (1)

→ Cervantes entreveía tal vez un torvo futuro, preñado de infinitas exclusiones y discordias fratricidas, hacia el cual se daba un firme paso con los decretos de Felipe III y su «Atlante», el de Lerma. ←

>> Sigue...


Prof. Rafael Arenas García: ¡Ni un paso atrás!

SCC 1. 2016-12-12.png


SCC 2. 2016-12-12

Estos somos nosotros a las once de la mañana, en la Plaza Cívica de la UAB, a punto de comenzar el reparto de información sobre el Cine-Fórum que el martes, día 13 de diciembre, a las cinco de la tarde, se desarrollará en la Sala de Actos del Edifico Àgora de la UAB. Allí se presentará el documental « Dissidents", para luego comentarlo.

>> Sigue...


Miguel de Cervantes y su tiempo: Crónica hispano-flamenca en 14 quinquenios (1547-1617)


→ Cervantes, con su mano derecha en el pecho, nos mira a sus lectores como si hiciese un pacto con nosotros. Yo diría que el juramento que gestualiza este pacto acompaña suscribiéndola la divisa igualitaria que sustenta toda la obra de Cervantes: "Tanto monta, monta tanto el Lector como el Autor".

Tanto por su forma como por su contenido, esta verosímil configuración por El Greco de la digna y fuerte personalidad de Miguel de Cervantes Saavedra es preferible a la mediocre y falsa representación atribuida a J. de Jáuregui.

"La atracción artística y literaria que ha provocado este retrato explica la variedad de lecturas e identificaciones suscitadas, aunque todas ellas giran en torno a su condición prototípica como noble español y, con ella, los tópicos que han acompañado ese perfil a lo largo de buena parte del siglo XX: cristiano, hombre de honor, melancólico y sobrio, representante altivo de su clase y de su época." ← (Ruiz, L. en: El retrato del Renacimiento, Museo Nacional del Prado, 2008, p. 326.)

-oOo-

Periodos historiográficos de esta "Crónica hispano-flamenca cervantina (1547-1617)", publicada aquí por quinquenios.

>> Sigue...


Atropellos recientes contra refugiados en la Unión Europea

→ La Unión Europea, al negociar con Turquía, parece que juega con las personas refugiadas como si fueran un problema del que se pudiera deshacer mediante un cambalache comercial. ←

Este juego ignora totalmente la realidad que pretende afrontar, que no es una crisis de fronteras sino una nueva filosofía geopolítica de la situación de guerra en un mundo globalizado. Esta situación exige cambios profundos en la forma de entender tanto el derecho a huir de la guerra como el derecho a refugiarse y ser acogido dignamente en territorios en paz.

Imagen:

E. → Una familia de refugiados, que huye de la Policía, salta la valla de una autopista en Roszke (Hungría)

F. → Une famille de réfugiés, qui fuit la Police, saute la palissade d'une autoroute dans Roszke (Hongrie)

I. → A refugees' family, which flees of the Police, jumps the fence of a highway in Roszke (Hungary)

Fuente de la imagen: Refugiados, en "Especial refugiados".pdf, www.lamarea.com | marzo 2016.

→ Europa sigue empeñada en poner vallas más altas, concertinas más afiladas o leyes más estrictas que, lejos de solucionar la cuestión, empujan a las poblaciones, cada vez más vulnerables, a rutas cada vez más arriesgadas en manos de mafias cada vez más ricas. ←

>> Sigue...


Zoé Konstantopoulou : « Jamais je ne pourrais voter et légitimer le contenu de l’accord »


Discours de Zoé Konstantopoulou, présidente du parlement grec, sur le projet soumis par le gouvernement aux créanciers le 11/07/2015

Mesdames et messieurs, chers collègues,

En de pareils instants, nous devons agir et parler avec sincérité institutionnelle et courage politique.

Nous devons assumer chacune et chacun la responsabilité qui nous revient.

Protéger, comme notre conscience nous y oblige, les causes justes et les droits sacrés, inviolables et non négociables de notre peuple et de notre société.

Sauvegarder l’héritage de ceux qui ont donné leur vie et leur liberté pour que nous vivions aujourd’hui libres.

Préserver l’héritage des nouvelles générations et celles à venir ainsi que la civilisation humaine, de même que ces valeurs inaliénables qui caractérisent et donnent un sens à notre existence individuelle et collective.

La façon dont chacun choisit de décider et d’agir peut varier, mais personne n’a le droit de se moquer, de dégrader, de dénigrer ou d’utiliser à une fin politique les décisions qui sont issues d’un processus et d’une épreuve qui touchent au cœur de notre existence.

Nous toutes et tous sommes et serons jugés au regard de notre attitude et de nos décisions, de nos oui et de nos non, de nos actes et de nos omissions, de notre cohérence, de nos résistances, de notre abnégation et de notre désintéressement.

>> Sigue...


Je souscris à la juste évaluation de Jean-Claude Juncker

Même pour "s'abstenir" comme l'ont fait les socialistes français, ou pour dire "non" comme l'ont fait les socialistes espagnols, il faut être conscients de ce qu'on vote, quand on promet une coalition parlementaire, et de ce qu'on juge, quand on met en valeur ou qu'on dénigre une personne.

Le secrétaire général élu du PSOE, Pedro Sanchez, a commis une grave erreur euro-stratégique en appuyant l'opposition des 14 eurodéputés du PSOE vis-à-vis de Juncker, et une grave injustice politique en lui attribuant la paternité des politiques d'austérité excessive qui résultent socio-économicides.

Un message de Pedro Sanchez sur les réseaux sociaux, antérieur au vote au Parlement européen, appuyait l'opposition des 14 eurodéputés du PSOE vis-à-vis de Juncker et lui attribuait injustement la paternité des politiques d'austérité excessive de l'UE qui résultent socio-économicides.

"Je confirme que les 14 euro-députés du PSOE voteront NON à Juncker. Nous n'appuierons pas le père des politiques austéricides".

En tant que linguiste, je dois signaler que, en utilisant le mot "austéricides" à la place du mot "socio-économicides", Pedro Sanchez exprime le contraire de ce qu'il prétend condamner, pour s'opposer à la candidature de Jean-Claude Juncker.

Tout observateur attentif et impartial de ces politiques peu attentives à leurs conséquences socio-économiques sait que la véritable paternité ou maternité des politiques d'austérité excessive n'est ni de Jean-Claude Juncker ni d'Angela Merkel, mais bien de la Bundesbank et de l'opinion populiste allemande la plus euro-hégémonique, inspirée par l'idéologie néo-libérale de cette banque, qui est loin d'être celle de tous les Allemands.

Je souscris avec Xavier Vidal-Folch à la juste évaluation de Juncker

>> Sigue...


"Ayer fue un día grande de verdad en la construcción europea"

Rafael Arenas García, Catedrático de derecho internacional privado de la Universidad Autónoma de Barcelona, comenta en Facebook con nuestros amigos comunes la noticia histórica de que "tenemos un Presidente de la Comisión designado por las urnas", subrayando su importancia para el futuro democrático de la Unión Europea y "pidiendo más", para que Europa sea verdaderamente Europa.

Ayer fue un día grande de verdad en la construcción europea. Por primera vez tenemos un Presidente de la Comisión designado por las urnas. La elecciones europeas del pasado mayo han culminado ahora con la designación como Presidente de la Comisión del candidato que entonces tuvo mayor número de votos.

Por pedir más: algo que es perfectamente posible: que Juncker sea designado también Presidente del Consejo Europeo. Si reuniera en sí la condición de Presidente de la Comisión y Presidente del Consejo Europeo, Juncker sería lo más parecido que podríamos tener a un Presidente Europeo.

A medio plazo: que el Parlamento europeo tuviera capacidad para establecer impuestos que garantizaran su presupuesto sin que éste dependiera de los Estados.

No haría falta más para que Europa fuera verdaderamente Europa. Estamos muy cerca aunque no nos demos cuenta.

>> Sigue...


Suscribo la justa valoración de Jean-Claude Juncker

Incluso para « abstenerse » como lo han hecho los socialistas franceses, o para decir « no » como lo han hecho los socialistas españoles, hay que ser conscientes de lo que se vota, cuando se promete una coalición parlamentaria, y de lo que se juzga, cuando se valora o denigra a una persona.

El secretario general electo del PSOE, Pedro Sánchez, ha cometido un grave error euro-estratégico apoyando la oposición de los 14 eurodiputados del PSOE a Juncker, y una grave injusticia política atribuyéndole la paternidad de las políticas de austeridad excesiva que resultan economicidas.

Un mensaje en las redes sociales de Pedro Sánchez, anterior a la votación del Parlamento Europeo, apoyaba la oposición de los 14 eurodiputados del PSOE a Juncker y le atribuía injustamente la paternidad de las políticas de austeridad excesiva que resultan economicidas de la U.E.:

« Confirmo que los 14 eurodiputados del PSOE votarán NO a Juncker. No apoyaremos al padre de las políticas austericidas ».

Como lingüista debo advertir que al emplear la palabra "austericidas" en lugar de la palabra "economicidas", Pedro Sánchez expresa lo contrario de lo que pretende condenar, para oponerse a la candicatura de Jean-Claude Juncker.

>> Sigue...


Members of the European Parliament represent you, the citizen !

The European Parliament is the only directly-elected EU body. Members of the Parliament represent you, the citizen.

Representing 503.000.000 citizens of Europe, debating the big European issues which matter to them, voting European laws to make their lives better and making the European Union accountable to them.

Members of the European Parliament make decisions which affect you directly. The car you drive, the air you breathe, the mobile phone in your pocket, the food you eat, the water you drink, the worker you employ, the bank you borrow from, the waste you discard...

The European Parliament is co-legislator for most of Europe's laws. It is a place where people from 28 member states come together to disagree, a place where political ideas and ideals meet, sometimes to clash, sometimes to be reconciled. Alliances are formed, deals are struck, compromises made, in other words, it's the usual, sometimes glorious, sometimes inglorious, business of democratic politics.

-oOo-

Don't forget to vote !

>> Sigue...


L'espagnol, notre grande maison commune (réédition)

Je reproduis ici mon article du 09.08.2007 parce qu'il continue à être d'une actualité extrême malgré son âge.

Je le fais aussi pour remercier mes compagnons de la "Porte de Brandebourg" pour l'honneur qu'ils me font en me reconnaissant comme un des leurs et pour leur travail précieux et irremplaçable en faveur du Bien Commun de la Solidarité Hispanique et Espagnole, double solidarité garantie par la langue espagnole, aussi bien dans la péninsule ibérique que dans le reste du monde.

L'espagnol, notre grande maison commune

L'espagnol comme langue commune d'Espagne, d'une grande partie de l'Amérique et d'autres pays, y est officielle parce qu'elle est leur koiné; ce qui signifie qu'elle leur est commune dans le sens qu'elle permet à tous leurs locuteurs de se comprendre sans besoin de traduction ni d'interprétation.

Cet avantage communicationnel est comparable à celui qu'offrent à tous ceux qui y vivent, comme protection contre les intempéries, le toit, les fondations et les murs communs d'une grande maison communautaire. Dans les deux cas, l'avantage commun existe sans préjudice des avantages différentiels dont le locuteur ou l'habitant peuvent continuer à jouir dans leur vie plus privée. Dans les deux cas, ils continueront à se servir pour la vie communautaire de cet avantage en commun qu'ils considèrent aussi comme personnel.

>> Sigue...


Iconologie de "L'Adoration des Rois Mages" de Rubens

La diachronie particulièrement surprenante de ce tableau est liée à sa fonction politique dans les mains de la dynastie des Habsbourg. En tant que souverains de deux territoires à problèmes, au Nord et au Sud de l'Europe, ils essayaient, depuis l'époque de Charles-Quint, de rétablir la paix dans les Pays-Bas, fissurés par le républicanisme iconoclaste calviniste, et de renforcer religieusement leur prestige vacillant dans la catholique Espagne.

Pierre-Paul Rubens, jeune peintre super-doué dont personne ne mettait en doute le génie et la compétence, s'identifia passionnément à ces deux objectifs, au point de devenir le champion diplomatique et artistique de ces deux causes.

Philippe IV d'Espagne, convaincu de sa valeur, lui accorda son amitié personnelle, depuis Madrid, comme l'avaient déjà fait Isabelle et Albert à Bruxelles; il lui confia des missions diplomatiques personnelles, lui ouvrit les portes de ses prestigieuses collections royales, lui commanda de nombreux travaux iconographiques, y compris la transformation de ce tableau, et lui conféra comme récompense suprême l'ennoblissement en 1624.

En 1609, Pierre-Paul Rubens avait 32 ans. Il venait de rentrer à Anvers, sa ville familiale, après une période en Italie, débordait d'énergie et souhaitait démontrer de quoi il était capable. Par chance, les occasions se firent nombreuses, et parmi elles la commande de peindre une grande Adoration des Mages pour l'Hôtel de Ville d'Anvers.

Sa réponse fut une œuvre d'une somptuosité particulière dans laquelle il synthétisait tout ce qu'il avait appris en Italie. C'est ce tableau qui se trouve actuellement au Musée du Prado, dont une des caractéristiques les plus singulières réside dans le fait que sa composition primitive fut restructurée, sur les plans matériel et iconographique, à Madrid, à la demande du roi Philippe IV, et par Pierre-Paul Rubens lui-même, vingt ans après l'avoir peint pour les Conversations de Paix d'Anvers, qui débouchèrent sur la Trêve de Douze Ans.

Les tableaux sur l'Adoration des Mages présentaient un attrait spontané pour les gouvernants, spécialement pour les plus dévots, parmi lesquels se trouvait indubitablement Philippe IV. Les Médicis de Florence, qui devaient leur spectaculaire ascension politique à leurs activités de banquiers et à leur réseau de parrainage basé sur leur extraordinaire richesse, commandèrent plusieurs tableaux de l'Adoration des Mages, à Benozzo Gozzoli, à Boticelli et à Filippo Lippi, et dans certains d'entre eux les rois présentaient les traits de membres de la famille.

Les Médicis ne proviennent pas, comme la plupart des seigneurs d'Italie de cette époque, de la noblesse féodale ou d'une dynastie de chefs ou d'aventuriers fortunés. Ils viennent du peuple et durant presque deux siècles ils édifient lentement et discrètement leur patrimoine grâce au commerce et spécialement à l'art du change (G. Papini).

Les offrandes des Mages à l'enfant Jésus procuraient une justification religieuse à leur richesse et à leur ascension au pouvoir : si les Médicis employaient leur capital au bénéfice de l'Eglise, leur importance politique serait légitimée. Louis XIII de France lui-même, beau-frère de Philippe IV, s'était fait représenter dans un des rois de l'Adoration des Mages de Justus d'Egmont (Paris, Musée du Louvre).

L'Adoration de Rubens fut accrochée au Palais Royal de Madrid.

Source : Gabriele Finaldi, directeur adjoint de conservation du Prado, commentaire sur cette œuvre au moment de sa restauration, entre 2000 et 2002.

001. L'Adoration des Rois Mages


>> Sigue...


Obligación de resolver las causas estructurales de la pobreza

◊ La obligación de resolver las causas estructurales de la pobreza no puede esperar.

Sintonizando contigo, querido lector que deplora la falta flagrante de solidaridad a escala mundial, pienso que sin solidaridad nuestro egoista mundillo "pseudo-desarrollado", pilotado por especuladores rabiosamente individualistas, nos lleva a todos a la ruina.

Los que somos conscientes de nuestra caída vertiginosa en el abismo del egoísmo tenemos que hacer lo imposible por instaurar la solidaridad, que nos salvará a todos sin olvidar a nadie. ◊

Os invito a reflexionar conmigo sobre este tema vital leyendo un pasaje esencial de la Exhortación apostólica EVANGELII GAUDIUM del Papa Francisco, publicada por la Tipografía vaticana el 24 de noviembre de 2013.

>> Sigue...


Jueves, 27 de abril

BUSCAR

Editado por

Síguenos

Hemeroteca

Abril 2017
LMXJVSD
<<  <   >  >>
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930